palissade-villemaud

Synopsis

À sa sortie de l'hôpital psychia-trique, où il a séjourné un temps suite à une séparation doulou-reuse, Fred emménage dans une petite maison en arrière d'un immeuble, avec pour unique voisin Roland, ancien légionnaire d'une cinquantaine d'années.
Sur fond d'alcool et de rock'n'roll, une amitié trouble et déjantée va alors se nouer entre eux, dans le décor inamovible de leur cour commune que divise une vieille palissade en bois.
Jusqu'à ce que le passé s'invite à la fête…

Mon avis

 

Eh bien, ce qui est certain, c’est que l’auteur m’a bien eue !! Je suis tombée dans le panneau  (ou plutôt dans la palissade hein) car plus j’arrivais à la fin de ce roman, plus j’allais de surprise en surprise. Tout ce que j’avais cru comprendre et entrevoir des personnages  a été balayé dans les dernières pages . Roman surprenant du début à la fin, une écriture entraînante (qui peut déconcerter au début), rythmée par la musique de Fred et par ses beuveries avec Roland son voisin.

Deux personnages, Fred le nouveau locataire, Roland ce vieux légionnaire. Et cette palissade ? Parce que le titre d’un roman est rarement sans sens n’est-ce pas ?

La palissade n’est-ce pas ce qui permet à chacun de vivre chez soi, au calme sans vis-à-vis  sur les voisins ? La palissade c’est une sorte de frontière qu’on ne franchit pas pour ne pas empiéter chez l’autre.  Et puis si cet autre avait quelque secret qu’il souhaiterait cacher  ou enfouir, cette palissade ne serait-elle pas le symbole des limites, de la curiosité? Parce que dans ce roman, Roland franchit souvent les limites et regarde souvent par-delà la palissade. Pourquoi fait-il cela ?  Simple curiosité ou volonté de savoir quelque chose ? Et Fred, l’énigmatique Fred,  personnage difficile à cerner… Deux personnages avec un soupçon de fantaisie et une bonne dose de machiavélisme.

Difficile de chroniquer ce livre sans en livrer la fin… J’ai aimé ce roman et sa chute inattendue, j’ai aimé le chapitrage à l’envers tel un compte à rebours (qui participe également à créer un sentiment d’attente et de curiosité). J’ai aimé les deux personnages avec une préférence pour Roland, ce papy débonnaire, tordu à souhait avec un langage des plus fleuris. Roland qui suscite à la fois le rire mais surtout l’inquiétude jusqu’à ce qu’on comprenne que…

Stop,  je n’en dirai pas plus au risque d’en dire trop …..

 

 Roman lu en partenariat avec Zone livre

http://polar.zonelivre.fr/