des pages et des mots

30 octobre 2016

L'amie prodigieuse d'Elena Ferrante

 

 

 

l-amie-prodigieuse-713457-621x1024

 

 

Synopsis

 

Je ne suis pas nostalgique de notre enfance: elle était pleine de violence. C'était la vie, un point c'est tout: et nous grandissions avec l'obligation de la rendre difficile aux autres avant que les autres ne nous la rendent difficile."
Elena et Lila vivent dans un quartier pauvre de Naples à la fin des années cinquante. Bien qu'elles soient douées pour les études, ce n'est pas la voie qui leur est promise.
Lila abandonne l'école pour travailler dans l'échoppe de cordonnier de son père. Elena, soutenue par son institutrice, ira au collège puis au lycée. Les chemins des deux amies se croisent et s'éloignent, avec pour toile de fond une Naples sombre, en ébullition.
Formidable voyage dans l'Italie du boom économique, L'amie prodigieuse est le portrait de deux héroïnes inoubliables qu'Elena Ferrante traque avec passion et tendresse.

 

Posté par quidnovi77 à 10:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]


19 octobre 2016

Le chat de Schrödinger et autres animaux célèbres

 

51Z3MlccLnL

Synopsis

La France compte actuellement 63 millions d'animaux de compagnie. C'est presque autant que la population française estimée à plus de 65 millions fin 2012 ! Inutile de le nier, nous sommes tous passionnés par nos petits compagnons, et cela ne date pas d'hier ! Remontons le temps pour découvrir les plus légendaires et remarquables d'entre eux : - le chat de Schrödinger, - les éléphants d'Hannibal, - l'aspic de Cléopâtre, - le cheval d'Alexandre le Grand, - le premier chimpanzé de l'espace, - les oies du Capitole, et bien d'autres encore... À parier que le chat est encore en train de sourire, qu'il soit du Cheshire ou de Schrödinger...

Mon avis

Tout d’abord,  je tiens à remercier Babelio  et les Editions Pygmalion pour l’envoi de de livre.

Ce livre est un recueil de douze histoires relatant la relation d’un animal avec l’homme. Ainsi, on passe des bisons de la Préhistoire à la manipulation génétique qui a engendré Dolly.

L’histoire nous montre donc à quel point l’homme a entretenu des relations fortes avec les animaux. Ces relations sont loin d’être aussi belles et idéales comme nous le montre par exemple l’histoire de la fameuse girafe offert au roi Charles X ou encore Ham le chimpanzé, cobaye pour la recherche scientifique en astronomie. C’est pour cette raison  que ce recueil est appréciable et intéressant puisque Marie-Christine Deprund n’a pas choisi de parler de cette relation sous une seule facette. Elle a préféré montrer comment l’homme pouvait dépendre des animaux et vice versa.

Les douze récits ne m’ont pas parlé tous de la même manière, je peux clairement vous avouer sans vergogne mes préférences.

J’aime beaucoup aimé la poésie qui ressortait du récit sur les bisons de Fond de Gaume, j’ai admiré la relation incroyable d’Alexandre le Grand et de son cheval Bucéphale et mon grand favori sera l’amour de Freud pour ses chiens. Ces récits nous permettent aussi d’apprendre beaucoup de choses sur les personnages liés à ces animaux. J’ai découvert des personnages à travers un point de vue plus sensible et intime.

Il y a aussi les récits  avec lesquels le feeling n’est pas passé, je pense en premier lieu au chat de Schrödinger, récit qui m’a laissé de marbre. J’avoue sans honte que je n’ai pas bien compris l’expérience de physique quantique réalisée par le scientifique. De même, le récit de Dolly était pour moi, trop scientifique, trop précis peut-être dans les explications.

Je pense relire parfois quelques une de ces histoires, ce livre permettant au lecteur de piocher çà et là  au gré de ses envies.

Posté par quidnovi77 à 14:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 octobre 2016

Le journal de Polina de Polina Jerebtsova

 

51cBBazigbL

 

 

Synopsis

"C'est l'histoire d'une ville où les snipers font joujou avec les civils, où les blousons ensanglantés jonchent les rues, où l'on défaille à la vue d'une boîte de corned-beef. Mais où l'on tombe amoureuse aussi, quand on a 14 ans, l'âge d'Anne Frank. Et celui de Polina en 1999, lorsque débute la deuxième guerre de Tchétchénie. Dans son journal intime, l'adolescente raconte Grozny sous les bombes..Née en 1985 à Grozny, Polina Jerebstova se considère comme une Russe de Tchétchénie. Elle a bénéficié du soutien d'Alexandre Soljenitsyne pour publier son journal en 2011. Sa sortie a provoqué des débats violents en Russie. Le régime de Vladimir Poutine et ses partisans ne sont pas prêts à reconnaître les crimes commis par l'armée russe dont témoigne Polina. Menacée de mort, elle a dû fuir Moscou. Elle vit aujourd'hui en exil en Finlande, où elle a obtenu l'asile politique."

 

Posté par quidnovi77 à 21:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Tant que dure ta colère d'Asa Larsson

 

 

517Y2oM-J5L

 

 

synopsis

Le corps d’'une femme repêché dans une rivière à la fonte des neiges au nord de la Suède. Une procureure au sommeil hanté par la vision d’une silhouette accusatrice. Des rumeurs concernant la mystérieuse disparition en 1943 d’un avion allemand au-dessus de la région de Kiruna. Une population locale qui préfère ne pas se souvenir de sa collaboration avec les Nazis durant la guerre.

Sur les rives battues par le vent d’un lac gelé rode un tueur prêt à tout pour que le passé reste enterré sous un demi-siècle de neige et de glace…

 

Mon avis

 

Willa et Simon sont deux jeunes gens qui décident de plonger dans les eaux glaciales d’un lac du nord de la Suède afin d’y visiter l’épave d’un avion allemand disparu pendant la seconde guerre mondiale. Si cette petite excursion peut paraître anodine pour la plupart, elle ne l’est pas pour celui ou ceux qui feront en sorte que ce jeune couple ne puisse jamais remonter à la surface.

 Un mystère entoure cet avion et menace la tranquillité d’une personne. Qui, pourquoi, quand ? L’enquête se concentre autour de la famille Krekula, et en particulier autour des deux fils Hjalmar et Tore. Pas de grand suspense sur le ou les auteurs de ce crime, ce qui compte c’est plus la cause qui se trouve dans cet avion et j’avoue avoir été quelque peu déçue quand j’ai enfin compris ce qui se tramait autour de cet avion. Je m’attendais à quelque chose de plus explosif et déroutant.

Cependant, j’ai aimé le traitement des deux frères Krekula dans ce polar. Présentés comme deux ordures, comme deux salauds (n’ayons pas peur des mots), l’auteur arrive à susciter la compassion pour l’un des deux frères très rapidement. Les retours dans le passé des deux frères nous révèlent la jeunesse difficile qu’a vécue en particulier Hjalmar. Leur père apparaît comme un bourreau d’enfant, et la mère comme une femme passive. Psychologiquement, Hjalmar est fragile, il est asservi à son petit frère Tore et à son père. Tore est odieux, méchant, manipulateur et détestable.

 Qui  est Rebecka, la procureure qui prend l’enquête en charge ? On devine chez elle, une certaine fragilité due à un drame dans le passé, on devine son besoin affectif, son attirance pour le maître-chien, son empathie et sa compréhension des autres. C’est une femme intéressante qui a réussi à me faire tout de même apprécier ce polar.

Je m’attendais, à l’instar de Camilla Läckberg ou Lars Kepler, à un roman vous emportant dans une intrigue où le rythme est  rapide, où les rebondissements sont inattendus, où vous vous surprenez à échafauder une solution à l’intrigue. Je n’ai pas ressenti ce petit « truc »   qui me fait frissonner et me surprend. Sans être un coup de cœur, j’ai tout de même apprécié certains éléments de l’intrigue mais tout ceci manquait de conviction.

 

Posté par quidnovi77 à 21:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 septembre 2016

Haig, les guerriers perdus de Thierry Poncet

extrait-du-roman-haig-les-guerriers-perdus-de-thierry-poncet-1-638

 

Synopsis

 

La belle Vanda nous l'avait mis profond.
Elle avait fait exploser la mine d'or, mis le feu à notre campement et s'était enfuie avec l'argent. Le grand Carlo nous a fait promettre de la retrouver et de nous venger.
Tous les sept, on a juré.
Et je vais vous dire un truc : on n'aurait pas dû. Parce que des États-Unis à l'Afrique, des Balkans au Mexique, il nous a coûté salement cher, le serment !

 

Mon avis

 

Tout d'abord, je remercie Joël des éditions Taurnada pour l'envoi de ce roman.

 

Si vous ne connaissez pas encore Haig, je vous invite à lire les deux romans de Thierry Poncet mettant en scène cet aventurier des temps modernes.  Le roman des guerriers perdus est tout à fait dans la même ligne que  Le secret des Monts Rouges. J’avais déjà apprécié le premier mais je pense pouvoir dire que j’ai encore plus aimé celui-ci. Il y a déjà la narration à la première personne du singulier (Haig) qui donne beaucoup de vie au récit. On s’attache très vite au personnage de Haig. Dans cette nouvelle histoire,  Haig rejoint sa bande de vieux copains de galère afin de retrouver et de faire payer une traître « jurons de retrouver cette pute, même si ça doit prendre un an,  deux ans, dix ans … promettons de la retrouver et de lui faire payer ça »

L’objet de leur vengeance est une femme nommée vanda, la petite troupe d’aventuriers se reforme pour lui régler son compte, le reste est dans ce roman détonnant de Thierry Poncet que je vous invite à lire.

On ne peut pas dire que je lise beaucoup de romans d’aventure, je peux même avouer que ce n’est pas mon premier choix en terme de littérature. Mais Haig m’a séduite dès le premier roman. Évidemment, le personnage, l’intrigue sont des éléments essentiels qui ont contribué à mon adhésion mais ce qui me plaît le plus c’est l’écriture de l’auteur.  Une écriture très aboutie, on sent une plume bien entraînée.  Une plume qui oscille entre le langage familier et soutenu, des descriptions agréables, élégantes aux dialogues explosifs. Un langage qui colle très bien à nos aventuriers parce qu’ils ne font pas dans la dentelle ces hommes-là. Ils sont brut de décoffrage, ont du répondant, sont décidés et rien ou presque ne peut les arrêter dans leur soif de vengeance. Et, puis, il va sans dire qu’aventure signifie actions, péripéties, rebondissements, exotisme. Tous les ingrédients sont présents dans ce roman, l’amour s’invite même sous les traits d’Aynur.

Il faut noter aussi les références géographiques et historiques très intéressantes. Dans ce roman, Haig atterrit en Albanie, ce petit pays qu’on sait tout juste situer sur une carte. L’auteur évoque la période très sombre qu’a vécu ce pays avec Enver Hoxha dit Hodja. L’Albanie vivra en huit-clos durant un demi-siècle  sous une dictature  très répressive.

Allez un reproche, c’est trop court ! Je serai bien restée plus longtemps en compagnie de Haig.

 

 

Posté par quidnovi77 à 15:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


25 août 2016

Soleil vert d'Harry Harrison

51HSDarNu5L

 

Synopsis

New-York - Août 1999. Au milieu d'une population de trente-cinq millions d'hommes qui ont retrouvé les Fléaux et les Grandes Peurs du Moyen-Âge, un jeune policier, Andrew Rusch, recherche l'auteur du meutre de Mike O'Brien, un des gros bonnets du marché noir. Mais pourquoi poursuivre un criminel quand on sait que la victime méritait mille fois la mort ? Comment faire respecter la "loi et l'ordre" quand on est soi-même talonné par la solitude, l'angoisse et le désespoir ? Au cours d'une enquête mouvementée, alors qu'à la veille de l'an 2000 la ville est infestée par les Prophètes du Malheur, Andrew Rusch va découvrir sur quoi se fonde la puissance des Maîtres du Futur.
Alliant la tradition du roman noir aux sortilèges du Space Opera, LE SOLEIL VERT est un grand voyage au coeur d'un avenir possible. Peut-être inévitable

Mon avis

 

Vous avez vu le film «  soleil vert » de Richard Fleisher sorti en 1973 ?  Si c’est le cas, vous serez très certainement surpris par le roman qui a inspiré le film puisque vous n’y trouverez pas la révélation finale sordide qui a fait le succès de ce film.

 

Roman dystopique publié en 1966, l’auteur imagine le monde en 1999, l’action se situe à New York, et les conditions de vie y sont dramatiques.

 

Surpopulation, extinction des espèces animales, urbanisation cannibale, pénurie d’eau potable et de nourriture,  l’être humain survit avec la plus grande des difficultés à un mal qui l’a complétement dépassé.

 

Le personnage principal Andy Rush est policier, il enquête sur le meurtre d’un homme, qui baigne dans le luxe grâce au marché noir dont il est un gros bonnet. Rush aura un véritable coup de foudre pour la petite amie de la victime et cela semble réciproque. Une histoire d’amour, une enquête, un monde dévasté et proche de sa fin,  tous les ingrédients sont présents pour les amateurs du genre.

 

Quand on lit ce roman, on constate qu’en 2016, les choses ne sont pas encore empirées à ce point mais tout ceci nous renvoie implacablement aux conséquences du changement climatique très souvent médiatisées. On a tous en tête les images des milliers de chinois circulant dans un Pékin pollué, masques sur le visage, un nuage de pollution flottant presqu’en permanence sur la ville empêchant le citoyen de voir la couleur du ciel. On peut penser aussi à la fonte de la banquise arctique et à ses conséquences désastreuses pour l’avenir. Le 08 août 2016, on nous apprend que désormais la terre vit à crédit,  c'est-à-dire que l’Homme  a épuisé l'ensemble des ressources que lui fournit la planète en une année.  

 

Ce roman est formidable parce que l’auteur a pressenti les choses, et même s’il les a pressenties encore un peu tôt, nous savons tous que la science-fiction risque de rejoindre un jour la réalité. Par ailleurs, Il faut vraiment prendre du recul lorsqu’on a vu le film avant le roman car la déception peut vite survenir. Je ne dis pas que c’est ce que j’ai complétement ressenti  mais j’avoue que je m’attendais à une lecture plus captivante et renversant toutes mes certitudes.

 

Je pense que Soleil vert fait partie de ces romans qu’il faut avoir lu au même titre que 1984  d’Orwell ou  le meilleur des mondes d’Aldous Huxley.

 

Je remercie les éditions J'ai lu pour l'envoi de ce livre

Lu en partenariat avec Zonelivre

 

 

 

Posté par quidnovi77 à 09:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les noces macabres de JF Coatmeur

 

noces-macabres

 

 

synopsis

Tout commence par un coup de fil. Une voix métallique qui menace tour à tour le père Gildas, cloîtré dans son abbaye de Kerascouët , le maire d'une petite ville de Bretagne, effrayé au point de renoncer à un mandat de député, et un médecin du Perche, qui prend la fuite. Trois notables aux vies transparentes, qui avaient fait leurs études de médecine ensemble. Avec le chirurgien Alain Vénoret, revenu à Brest après de nombreuses années d'absence, ils formaient un joyeux quatuor : « la petite bande ». Pourquoi se sont-ils séparés brusquement ? Que leur a chuchoté cette mystérieuse voix pour les troubler à ce point ? Et pourquoi Alain a-t-il été épargné ? Jean-François Coatmeur distille, avec une savante maîtrise, une sombre histoire dont on ne sort pas indemne.

 

Mon avis

 

Chris est une jeune femme dynamique et est infirmière. Elle vit seule dans son studio malgré une relation amoureuse qui semble sincère avec Pascal. Sa maman Nanou, âgée de 50 ans est une femme usée par la vie et malade. Encore jeune, Nanou meurt en indiquant à sa fille un dossier qu’elle a constitué depuis 25 ans. Ce dossier contient des coupures de journaux et une lettre adressée à sa fille.

La boîte de pandore est ouverte, Chris va réparer le crime dont a été victime sa mère 25 ans plus tôt.

Au risque de dévoiler l’essentiel de l’intrigue, je n’en dirai pas plus.

La vengeance serait alors le grand thème de ce polar, thème au final assez courant dans les romans noirs. Ce roman est aussi une histoire de femmes, de mères et de filles.

Si dans l’ensemble  J’ai aimé ce roman, je l’ai aussi trouvé trop court et trop prévisible. On devine rapidement le point essentiel de l’intrigue et je trouve du coup que le suspense  n’est plus au rendez-vous.

Par ailleurs, j’ai aimé le personnage de Chris, jeune femme décidée qui va mettre au point une vengeance subtile, sans violence physique. Voilà le gros point fort de ce roman,  Chris se venge « proprement » (Notez les guillemets). N’espérez donc pas une vengeance à coups de couteau ou par balles, une vengeance peut être violente sans répandre une seule goutte de sang.

J’aurai voulu une exploration psychologique des personnages plus poussée, j’aurai souhaité que les certitudes soient vite balayés et  être surprise par le final. Une lecture tout de même agréable et une intrigue intéressante.

Je remercie les éditions Albin Michel pour l'envoi de ce livre

Lu en partenariat avec Zonelivre

 

Posté par quidnovi77 à 09:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 août 2016

Jane de boy de Simone Gelin

 

 

 

CVT_LAffaire-Jane-de-Boy_2240

 

 

Synopsis

En 1960, dans le village de Jane de Boy,
une petite fille de 3 ans disparaît sur la plage.
Enlèvement ?
Crime politique, passionnel, crapuleux ?
Qu'est venu faire en France ce jeune couple d'Espagnols, Felix et Justina ?
Que sait Sarah, la voisine, prostituée du samedi soir ? Le commissaire Lasserre s'interroge, aidé par son vieux camarade Hippolyte.
L'enquête se déroule à Bordeaux, dans l'ambiance du mythique hôtel de police de Castéja, au coeur du quartier Saint-Michel, dans les ruelles de " la petite Espagne", au marché des 'Capus"... et se corse aux bassins à flot.

 

Mon avis

Dans ce roman, deux histoires se mêlent. Tout d’abord, il y a ce couple Justina et Félix, ils sont mariés et parents d’une petite fille nommée Jane. Immigrés espagnols en France près de Bordeaux, Félix est chef d’entreprise. Un couple sans histoire en apparence jusqu’au jour où leur petite Jane est kidnappée sur la plage devant chez eux. Ce drame que redoutent tous les parents va faire ressurgir le passé de Félix.  La deuxième histoire relate l’histoire d’Abril , jeune fille espagnole sous le régime de Franco.  Le franquisme est le point commun de ces deux histoires et à cet effet ce roman est passionnant et très bien documenté. Je le recommande à tous ceux qui aiment les polars et l’Histoire. L’auteur insiste en particulier sur la condition féminine sous Franco, les mouvements anti-franquistes et leurs actions. En effet, ce roman aborde le scandale des bébés volés sous Franco, des bébés arrachés à leur mère et vendus à des familles « comme il faut ». Je connaissais déjà ce scandale grâce au roman de Clara Sanchez «  entre dans ma vie ». J’ai beaucoup aimé la manière dont cela a été exploité dans ce roman, il y a une émotion palpable et une sincérité qui habitent les personnages .Ce roman est un polar avant tout, une enquête est menée, les enquêteurs sont intéressants et sympathiques. L’implication émotionnelle qu’engendre cette enquête donne une dimension plus humaine, moins technique et scientifique. Enfin, ce roman est un roman qui parle des femmes, des femmes auxquelles on a enlevé ce qu’il y a de plus précieux. Il y a Abril la combattante, et Justina l’émotive capable de résilience, deux femmes dont les destins  vont se croiser un jour.

Roman prenant du début à la fin, la grande Histoire rejoint la petite histoire pour former un excellent polar.

Lu en partenariat avec Zonelivre

 

 

Posté par quidnovi77 à 22:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

09 juin 2016

Un café avec Voltaire de Louis Bériot

  

voltaire-0402-OK-tt-width-326-height-468-lazyload-0-crop-1-bgcolor-ffffff

 

 

Synopsis

 

Pamphlétaire, dramaturge, philosophe, écrivain, aussi talentueux qu’extravagant, Voltaire fut l’enfant terrible d’un XVIIIe siècle effervescent où triomphaient la raison et le débat d’idées.
Pour raconter cette vie où l’action et la pensée se mêlent, Louis Bériot met en scène l’auteur de
Candide dans des rencontres avec ses contemporains les plus illustres : Newton, Montesquieu, Madame de Pompadour, Frédéric II de Prusse, Rousseau, Buffon et Diderot.  

Des conversations à fleurets mouchetés, écrites à partir d’extraits de leurs œuvres et correspondances, où l’on devise sur la place de la religion, la montée des fanatismes, la condition féminine, l’amour, la science, la morale et le salut de l’âme…

 Une promenade dans le siècle des Lumières avec pour guide le plus pétillant des esprits français.

 

Mon avis

 

Je remercie les éditions Allary Editions pour l'envoi de cet ouvrage

Lu en partenariat avec Babelio  

Cet ouvrage nous permet de découvrir ou redécouvrir ce grand penseur du siècle des Lumières.

Le lecteur est invité dans l’intimité de Voltaire et dans ses échanges intellectuels et philosophiques avec les plus grands de son temps.  De l’Angleterre à la Suisse en passant par l’Allemagne de Frédéric II, cet ouvrage nous offre un condensé des pensées de l’époque. Si Voltaire entretient des relations amoureuses et/ou amicales intenses avec les femmes,  ses échanges avec ses compères révèlent parfois de profonds désaccords avec un ton et une verve parfois excessifs. On retrouve ses principaux combats et ses grandes batailles comme le fameux «  écraser l’infâme », Voltaire est le symbole de la dénonciation du fanatisme religieux, et des inégalités sociales.

J’ai aimé cet ouvrage, me surprenant à sourire au détour de dialogues et réparties aussi drôles que truculents.

On y retrouve des sujets qui continuent de faire débat aujourd’hui. Il est intéressant aussi de voir que Voltaire était en avance sur certaines idées. Je pense par exemple à l’évocation de son végétarisme, qui est aujourd’hui un régime alimentaire de plus en plus pratiqué. En effet,  être végétarien au 18 ème siècle et plaider pour la cause animale n’étaient pas répandus.

Si vous avez envie de voyager dans le temps et de passer un peu de temps avec Monsieur Arouet et les grands de ce temps, un café avec Voltaire de Louis Bériot est une lecture plaisante, originale et instructive.

 

 

Posté par quidnovi77 à 16:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

07 juin 2016

Le roman de sofia de Henning Mankell

 

 

Le-roman-de-Sofia-henning-mankell

 

 

Synopsis

 

L’histoire vraie d’une jeune femme du Mozambique au destin tragique. Lors de l’explosion d’une mine dans son enfance, Sofia perd ses deux jambes et sa soeur Maria succombe à ses blessures. Plus tard son autre soeur meurt des suites du sida, et Sofia épouse Armando avec qui elle a 3 enfants. Mais son bonheur est de courte durée, son mari lui ment, la trompe, devient un voleur et finit par être tué.

 

Ce roman retrace l’histoire vraie de Sofia, une petite fille du Mozambique, qui survit à l’explosion d’une mine. Alors que sa soeur Maria succombe à ses blessures, Sofia perd ses deux jambes et doit désormais apprendre à marcher avec prothèses et béquilles. Peu de temps après, Rosa, sa soeur aînée, découvre qu’elle a le sida. Sofia aide Rosa autant qu’elle peut, jusqu’à sa mort. Heureusement, celui qu’elle aime, Armando, est là pour la réconforter… Sofia grandit, a trois enfants avec son mari. Mais son bonheur est de courte durée. La pauvreté rend Armando fou. Il lui ment, la trompe, et devient un voleur, et finit par être mis à mort.

 

 

 

Mon avis

Henning Mankell, connu et reconnu pour l’écriture de polars, a aussi publié quelques romans sur l’Afrique. C’est le cas du roman de Sofia, qui est la réunion de trois récits racontant l’histoire de Sofia, de l’âge de 10 ans à 20 ans. Sofia vit au Mozambique,  Mankell connaît bien ce pays puisqu’il a partagé sa vie entre la Suède et le Mozambique où il a monté une troupe de théâtre le « Teatro Avenida ».

Chaque récit traite d’une période décisive de la vie de Sofia .A ce sujet, j’avoue avoir été « perturbée » au deuxième récit puisque l’auteur y intègre un personnage qui n’est pas évoqué dans le premier récit (Rosa sa grande sœur), il m’a fallu quelques dizaines de pages pour rentrer dans cette nouvelle trame.

Chacun de ces récits évoque le courage et la détermination de Sofia. Sofia est une enfant meurtrie dans son âme (perte de son père et se sa sœur maria) et dans sa chair puisqu’elle perd ses deux jambes sur une mine anti-personnel.  Sa sœur Maria ne survivra pas à cet accident et Sofia prend alors conscience de la fragilité de la vie.  Le deuxième récit évoque le sida dont Rosa sa grande sœur sera victime. Plus que jamais, Sofia grandit et murit, les obstacles et les peines ne font que renforcer sa détermination. Enfin, le troisième récit évoque sa vie de femme, d’épouse et de mère. Si la vie lui a offert trois beaux enfants en bonne santé, Sofia est une épouse trahie et bafouée. Elle ira au-delà des préjugés pour essayer de sauver celui qu’elle aime.

Le feu et les flammes sont le fil conducteur de ces trois romans, Sofia y cherche selon une croyance populaire, des réponses et la force. Quand j’ai terminé ce roman et j’ai éprouvé un pincement au cœur. Je m’étais tellement attachée à Sofia … j’ai eu cette impression d’être à ses côtés tout au long de ces pages. Si j’avais pu, je l’aurais bien soutenue et aidée à marcher avec ses béquilles, je lui aurais bien donné de quoi manger pendant les jours difficiles. Le lecteur est comme un confident, Sofia nous livrant  ses pensées, ses regrets et déceptions, ses désirs et rêves.

  L’auteur nous transmet à travers ce roman son attachement pour le Mozambique et son attachement pour cette jeune-fille qui a vraiment existé et qu’il qualifie du mot suédois « okuvlig » qui signifie invincible, qui refuse de baisser les bras.

Posté par quidnovi77 à 10:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]