CVT_Alma_9927

 

 

 

Alma ou la dernière histoire d’une vie ?  Roman inédit de l’aventurier et écrivain Cizia Zykë, Alma comblera sûrement les attentes des lecteurs assidus de Zykë.

Tout d’abord, attardons-nous sur la jolie préface de Thierry Poncet, l’ami cher de Cizia, qui nous parle avec une profonde admiration des derniers jours de cet aventurier. L’émotion est palpable et les liens entre eux indéfectibles.

Alma est un conte ou une fable qui nous transporte dans une époque lointaine, dans un univers entre la réalité et l’imaginaire. Imaginez Cizia Zykë, le baroudeur, assis au coin du feu se posant comme conteur face à un public suspendu à ses lèvres. Alma c’est ça ! c’est un conte qu’on se transmet, qu’on écoute, qui fait frissonner et sourire à la fois. Alma c’est l’Espagne, au 15 ème siècle, et plus particulièrement Séville où l’inquisition est responsable de morts, de crimes abjects et de la fuite des juifs. 

Alma est le nom d’une petite fille aux yeux étonnants et ensorcelants. Elle est le symbole de l’acharnement des catholiques contre les juifs.  Orpheline, elle vit chez sa tante dans la Judéria de Séville. Le roman est court alors tout s’enchaine très vite, et l’innocence d’Alma face à la noirceur du monde contribue à teinter ce roman d’un sens moral. Les personnages de ce conte sont tout de même assez nombreux et c’est avec brio que l’auteur les intègre à l’histoire et les lie à Alma. Sur fond historique, l’auteur nous invite dans un univers mystérieux qui bouscule nos certitudes puisque le roman flirte avec le fantastique.

L’écriture de Cizia Zykë est un régal : elle est précise, violente parfois mais poétique surtout. L’auteur-conteur nous interpelle souvent, et coupe son récit à plusieurs reprises, permettant de maintenir l’attention en permanence et d’introduire un peu de bons mots aussi.

Pas d’happy-end pour ce roman afin d’aller jusqu’au bout de l’horreur et de révéler la barbarie de cette époque.

 Alma est donc un concentré de Cizia Zykë mais Alma c’est surtout trop court, car on serait bien resté plus longtemps à écouter notre conteur au ton facétieux et mystérieux.