url

 

 

Synopsis

Monika a tout pour être heureuse. Mais depuis la mort de son frère, la culpabilité l'en empêche. Maj-Britt vit recluse dans son pavillon jusqu'à ce qu'une lettre lui parvienne et réveille de douloureux souvenirs. Ce n'est pas un hasard si ces deux destins tragiques vont s'entrecroiser. Quand la peur et les démons du passé remontent à la surface, tout peut basculer.

 

mon avis

Pris presque par hasard à la médiathèque, je dis presque par hasard puis je fouine très souvent dans le rayon auteurs nordiques mais ce jour–là je ne cherchais pas d’auteurs particuliers et en lisant le titre puis le résumé de ce roman posé sur un présentoir, j’ai tout de suite été tentée de le lire.  Je ne regrette pas car j’ai été séduite par l’écriture de l’auteur et par la profondeur de sa réflexion.

Dans ce roman, intitulé Honteuses, l’auteur dresse le portrait de deux femmes rongées par la culpabilité mais aussi l’offense et le manque d’amour. Une bonne partie du roman est rédigée en alternance. Un chapitre sur Monika, un autre sur Maj-britt jusqu’à ce que leurs vies se croisent et que leurs destins s’en trouvent changés

Monika a perdu son grand frère lors d’un accident domestique alors qu’il avait 17 ans. Cette mort  dont elle se sent responsable et dont elle a caché certains détails va la rendre totalement incapable de construire une relation amoureuse avec un homme jusqu’à ce qu’elle rencontre Thomas mais un accident dont elle se sent responsable va la pousser à nouveau dans ses retranchements. Sa mère, dont le deuil de fils, ne se fera jamais, a une certaine emprise sur Monika. Monika semble lui être redevable en permanence et cède souvent à ses demandes.

 Maj-Britt, est devenue obèse suite au décès de sa fille et le départ de son mari. De la même manière que Monika, la culpabilité la ronge énormément et sa vie se résume depuis à ingurgiter avec excès de la nourriture. Elle ne sort plus et dépend d’une aide à domicile. Elle ne souhaite aucunes relations amicales ou sociales, elle a érigé autour d’elle des murs que seule sa nouvelle aide à domicile arrivera à franchir. 

Deux femmes que la culpabilité marginalise chacune de manières différentes, Monika , en tant médecin , semble se racheter en essayant de soigner, Maj-Britt donne le sentiment d’être une femme mauvaise ,dans le déni en permanence et en même temps, elle suscite une certaine compassion. On ne peut pas détester son personnage malgré ses sautes d’humeur et son comportement antipathique et le plan machiavélique qu’elle prépare. Sous sa carapace, on y décèle une grande fragilité, une grande intelligence et surtout une âme capable de faire le bien .

Ce Roman est écrit avec un grand talent, les réflexions y sont poussées et l’intensité dramatique y est très présente.