51HSDarNu5L

 

Synopsis

New-York - Août 1999. Au milieu d'une population de trente-cinq millions d'hommes qui ont retrouvé les Fléaux et les Grandes Peurs du Moyen-Âge, un jeune policier, Andrew Rusch, recherche l'auteur du meutre de Mike O'Brien, un des gros bonnets du marché noir. Mais pourquoi poursuivre un criminel quand on sait que la victime méritait mille fois la mort ? Comment faire respecter la "loi et l'ordre" quand on est soi-même talonné par la solitude, l'angoisse et le désespoir ? Au cours d'une enquête mouvementée, alors qu'à la veille de l'an 2000 la ville est infestée par les Prophètes du Malheur, Andrew Rusch va découvrir sur quoi se fonde la puissance des Maîtres du Futur.
Alliant la tradition du roman noir aux sortilèges du Space Opera, LE SOLEIL VERT est un grand voyage au coeur d'un avenir possible. Peut-être inévitable

Mon avis

 

Vous avez vu le film «  soleil vert » de Richard Fleisher sorti en 1973 ?  Si c’est le cas, vous serez très certainement surpris par le roman qui a inspiré le film puisque vous n’y trouverez pas la révélation finale sordide qui a fait le succès de ce film.

 

Roman dystopique publié en 1966, l’auteur imagine le monde en 1999, l’action se situe à New York, et les conditions de vie y sont dramatiques.

 

Surpopulation, extinction des espèces animales, urbanisation cannibale, pénurie d’eau potable et de nourriture,  l’être humain survit avec la plus grande des difficultés à un mal qui l’a complétement dépassé.

 

Le personnage principal Andy Rush est policier, il enquête sur le meurtre d’un homme, qui baigne dans le luxe grâce au marché noir dont il est un gros bonnet. Rush aura un véritable coup de foudre pour la petite amie de la victime et cela semble réciproque. Une histoire d’amour, une enquête, un monde dévasté et proche de sa fin,  tous les ingrédients sont présents pour les amateurs du genre.

 

Quand on lit ce roman, on constate qu’en 2016, les choses ne sont pas encore empirées à ce point mais tout ceci nous renvoie implacablement aux conséquences du changement climatique très souvent médiatisées. On a tous en tête les images des milliers de chinois circulant dans un Pékin pollué, masques sur le visage, un nuage de pollution flottant presqu’en permanence sur la ville empêchant le citoyen de voir la couleur du ciel. On peut penser aussi à la fonte de la banquise arctique et à ses conséquences désastreuses pour l’avenir. Le 08 août 2016, on nous apprend que désormais la terre vit à crédit,  c'est-à-dire que l’Homme  a épuisé l'ensemble des ressources que lui fournit la planète en une année.  

 

Ce roman est formidable parce que l’auteur a pressenti les choses, et même s’il les a pressenties encore un peu tôt, nous savons tous que la science-fiction risque de rejoindre un jour la réalité. Par ailleurs, Il faut vraiment prendre du recul lorsqu’on a vu le film avant le roman car la déception peut vite survenir. Je ne dis pas que c’est ce que j’ai complétement ressenti  mais j’avoue que je m’attendais à une lecture plus captivante et renversant toutes mes certitudes.

 

Je pense que Soleil vert fait partie de ces romans qu’il faut avoir lu au même titre que 1984  d’Orwell ou  le meilleur des mondes d’Aldous Huxley.

 

Je remercie les éditions J'ai lu pour l'envoi de ce livre

Lu en partenariat avec Zonelivre