54479

 

 

Synopsis

 

À sa sortie de l'hôpital, Julien Renouart est amnésique et il apprend de ses proches qu'il n'a pas toujours été un ange. Il en prend son parti et peu à peu se construit une nouvelle vie. Il se lie à Michèle, une jeune journaliste à qui il raconte son histoire. Reste-il amnésique un peu, beaucoup, plus du tout ou bien joue-t-il un personnage qui l'arrange?

 

Un ami de fraîche date, Daniel, lui confie pour avis le manuscrit d'un roman puis disparaît. Julien décide alors de le faire éditer à son nom, avec l'aide de Michèle qui ignore son srtatagème. Julien devient rapidement célèbre, est invité partout et mène la grande vie. L'écrivain-amnésique est devenu une star. Jusqu'au jour où Daniel réapparaît et où Michèle disparaît.

 

Serge Radochévitch est né à Nancy et vit dans le Pays-Haut en Lorraine. Après "Une ville sous influence" et "Mortels desseins" (Prix Victor Hugo 2013), "Amnésie" est son troisième roman édité chez ETT

 

 

Mon avis

 

Et si l’amnésie était un prétexte pour se moquer de tous et faire les coups les plus vils. Julien Renouard est amnésique depuis un accident de la route. Cependant, il apprend très vite qu’il  a été dans son passé violent, fourbe et malhonnête. Le naturel revenant au grand galop, Julien vole le manuscrit d’un homme un peu paumé et l’édite en son nom.  Ce julien est un personnage détestable, un opportuniste et un menteur.  L’intrigue gravite autour du vol d’un manuscrit, la disparition de son auteur et la mort de la compagne de Julien qui a découvert sa supercherie. Tout accuse Julien, et il revient à Simon Biélik, chroniqueur judiciaire et journaliste, de résoudre l’affaire. La résolution de l’affaire se fait très rapidement, trop à mon goût. J’ai aimé le fond du roman, l’intrigue, ses personnages mais j’ai eu beaucoup de mal à accrocher avec l’écriture. J’aurai préféré également une analyse plus profonde du personnage de Julien, d’autant plus que le thème de l’amnésie était assez intéressant.

 

En effet, l’auteur a une écriture particulière et je suis bien obligée d’avouer que je n’ai pas réussi à l’apprivoiser. Il faut vraiment prendre de la distance avec ce qu’on a l’habitude de lire et essayer de suivre sa pensée. L’écriture a une construction parfois déstructurée l’auteur donnant l’impression d’écrire comme il pense.  L’écriture est plutôt aboutie et d’une grande qualité, je dois le reconnaître, mais je n’ai pas réussi à rentrer dedans.

Lu en partenariat avec Zonelivre