viking_qui_voulait_hd

 

 

Synopsis

 

Sur une île du sud de la Suède au Xe siècle, un homme vit seul à la ferme avec ses deux fils. Le chemin de ceux-ci est tout tracé : naviguer au loin, pour guerroyer au-delà des mers à l'Ouest, ou pour faire commerce sur les voies fluviales de l'Est.
De l'autre côté de la Baltique, à Kiev, vivent un marchand de soie et sa famille. Radoslav rêve de devenir soldat, sa sœur Milka est une jeune fille raffinée qui joue avec ses deux esclaves : Petite Marmite et Poisson d'Or.
Mais la belle ville d'Orient est sur le point de tomber aux mains des pillards. Milka et Radoslav trouveront refuge auprès de rustres navigateurs venus du Nord. Dès lors le destin des deux familles sera à jamais mêlé.

Mon avis

 

 

Katarina Mazetti nous invite dans la Suède du 10 ème siècle sur l’île de Möckelö sur laquelle vivent Säbjörn constructeur de bateaux, ses deux fils Svarte et Kare.  Plus au sud, à Kiev vivent un riche  commerçant de soie, sa fille Milka et son fils Radoslav. L’histoire, les guerres, les pillages auront raison de la douceur de vivre de Kiev. Milka et son frère croiseront la route de Svarte et iront se réfugier sur l’île de Möckelö. Ce roman est une saga familiale passionnante, dans laquelle les différents peuples vont se rencontrer et se mélanger. Nous faisons connaissance avec le personnage mystérieux de la Völva, une femme prophétesse capable de faire trembler le plus grand des barbares. Milka et ses deux esclaves sont des femmes fortes et des décideuses. Si le monde des Vikings est un monde très patriarcal,  difficile et guerrier, les personnages féminins m’ont beaucoup plu de par leur grande implication dans la vie sociale. Il y a Milka qui passe d’un monde privilégié à kiev à la dure vie de la ferme sur l’île. Ses deux esclaves ont un rôle important, la relation qu’elle entretient avec elles est  douce, faite de confidences et de jeux. Elles mèneront leur vie comme elles l’entendent et semblent insoumises.

 L’auteur aborde un autre thème important dans ce roman. Elle parle des relations de Säbjörn avec ses fils, s’il en chérit un ( Kare),  Svarte l’aîné sera toujours la dernière roue du carrosse. La souffrance qu’engendre cette préférence fait de Svarte un homme courageux et prêt à tout pour conquérir un peu d’attention paternelle.

 Ce roman a été une jolie découverte d’un monde qui m’était assez méconnu. J’ai apprécié les péripéties des personnages, leurs quêtes du bonheur et la part mythologique avec la Völva.

 Un roman avec un très joli titre opposant dans la même phrase la douceur de la soie à la rude vie des Vikings.