1447424305

 

Un hurlement. Là, quelque part, qui se répercutait sur les murs poisseux et humides de la pièce. L'endroit ressemblait davantage à une cave avec ses murs bruts et ses parois voûtées. Puis un râle d'agonie s'étouffa, comme si même la mort prenait plaisir à attendre. L'homme pendait comme une vulgaire carcasse de viande accrochée à une esse de boucher. Son visage n'était que souffrance, rictus d'agonie et d'abomination. « Faites que je meure », implora-t-il en silence.

 

Mon avis

 

Le premier chapitre de ce thriller très noir est d’une grande violence physique. La description d’un sacrifice humain dès les premières pages nous donne d’emblée le ton du roman. L’auteur invite le lecteur dans le monde terrifiant des satanistes, des messes noires et de la folie meurtrière de ces hommes. Le premier chapitre terminé, j’avoue m’être demandée si je continuais la lecture … ce genre de description me rebutant complètement. J’ai décidé de continuer et je suis allée au bout du roman. Tout d’abord, j’ai complètement accroché aux personnages de Gino et Morgane. Gino est détective privé et est embauché par une veuve (pas du tout éplorée ….) pour enquêter sur la mort de son mari qu’elle soupçonne ne pas être naturelle. De là, Gino va faire une série de découverte liée au satanisme et cherchera des débuts de réponses auprès de Morgane, jeune femme tenant un commerce d’ésotérisme. Gino est alcoolique et en sevrage, Morgane est une femme pacifiste qui refuse la violence en réponse à la violence. C’est une femme mystérieuse, une femme fée (Morgane ?) à l’intuition très développée.  Morgane apporte à ce roman une touche de douceur et d’empathie. Elle s’oppose au personnage d’Abraxas, cette espèce d’être dégénéré et malsain.

 

Par ailleurs, Gino est un homme meurtri par la vie, qui a du mal à se sevrer de l’alcool .On retrouve comme dans beaucoup de romans, ce personnage de l’homme fragilisé, se cherchant, à la limite de l’asocial parfois. Un homme plein de rancune et de violence que Morgane va tenter d’apaiser. Ce roman propose une vision très manichéenne de la vie : le bien, le mal. Cette enquête va permettre également à Gino rattrapé par ses vieux démons d’exorciser sa colère et d’apaiser son âme.

 

Enfin, on sent que l’auteur a une écriture bien aboutie. Les mécanismes du thriller sont bien huilés, l’action est rythmée par beaucoup de rebondissements et un grand suspense. L’enquête avance bien et ne laisse pas de répit au lecteur.

 

Malgré un thème particulier qui peut ne pas plaire à tout le monde, je reconnais la qualité d’écriture et la force psychologique des personnages et de l’action.

 

 

Je remercie les Editions Taurnada pour l'envoi de ce roman