1507-1

 

 Synopsis

Massif central, été 2013. Un vieillard est retrouvé hagard sur une route de Corrèze. Il a été frappé mais refuse de dénoncer ses agresseurs. Dans une ferme du plateau de l'Aubrac, une femme âgée, pendue à un croc de boucher de sa propre ferme, est découverte par son fils. Dans une clinique psychiatrique proche de Clermont-Ferrand, une femme oubliée de tous hurle sa haine. Trois affaires sans lien apparent. Trois personnes dont la vie va basculer. Matthieu Géniès, journaliste dans un canard de Corrèze. Serge Limantour, gendarme revenu de tout. Jeanne Roussillon, aide-soignante qui, jour après jour, tente de comprendre le mal qui ronge sa patiente.

 

L'auteur : Guillaume Audru est né en 1979. Gros lecteur de polars et de thrillers, il a crée, il y a quelques années, le blog Territoire Polars. Son premier roman, L'île des hommes déchus, a été particulièrement remarqué : Figurant parmi les quinze meilleurs polars francophone de 2014 dans la sélection du festival de Cognac, il a reçu le prix du Balai de la Découverte en 2014. Les ombres innocentes est son deuxième roman. Guillaume Audru est, par ailleurs, vice-président de l'association poitevine L'Instant Polar.

 

Mon avis

 

Ce roman de Guillaume Audru a été une vraie découverte d’un point de vue historique puisqu’il s’attaque à un scandale humain que le gouvernement français a organisé. Cette affaire est plus connue sous le nom des « enfants de la Creuse ». Afin de repeupler certaines campagnes françaises désertées, le gouvernement décide de faire venir des milliers d’enfants réunionnais dès 1963, les arrachant à leur famille et à leur île. Si certains étaient orphelins (et quand bien même), certains ne l’étaient pas, et furent considérés comme pupilles de l’état. Beaucoup de secrets et de zones d’ombres semblent entourer ces transferts (certains parlent de déportation, ou de rafle). Ces enfants furent placés dans des familles d’accueil, malheureusement certains enfants seront maltraités et utilisés comme main d’œuvre pour les travaux de la ferme. C’est ce dont traite le roman de G. Audru.


Trois faits ou intrigues sont traités dans ce roman pour converger en un seul point. Tout d’abord, le roman commence par Héléna, aide-soignante dans une clinique privée psychiatrique de Clermont-Ferrand. Notre attention est portée sur une patiente particulière, habitée par une grande angoisse et une grande violence. Héléna est la seule qui cherche à l’aider et à la considérer humainement. Puis, l’auteur nous emmène à Ussel où vit Elie, un ex commissaire de police. Ce dernier est rongé par un remord et s’est donné l‘objectif simple de racheter sa méprise passée. Enfin, une femme est retrouvée pendue dans sa ferme sur le plateau de l’Aubrac, l’enquête se dirige très rapidement vers un homicide. Si ces trois histoires semblent ne pas avoir de rapport, nous comprenons vite qu’elles vont toutes les trois se rejoindre. Jadis, une petite réunionnaise est arrivée chez une première famille puis a été transférée chez une autre famille. Ce roman raconte les conséquences désastreuses de ces deux placements. Cette jeune fille a subi de la maltraitance et Elie, l‘ex commissaire, n’a pas fait ce qu’il aurait dû au moment voulu. Elie, un homme, prêt à tout pour racheter un comportement laxiste et rongé par une grande culpabilité. Le Gendarme Serge Limantour se charge de l’enquête concernant la femme pendue. Personnage efficace, flirtant avec une addiction au café et à la cigarette, il semble guidé par son instinct et ses émotions.


J’ai aimé le traitement que l’auteur réserve à la clinique psychiatrique…. Même s’il est sûrement exagéré, il montre tout de même la difficile prise en charge psychiatrique de certains patients et la trop grande importance des médicaments dans les traitements. Héléna, quant à elle, est une jeune femme révoltée, jusqu’au boutiste qui ferait tout pour sortir sa patiente de sa torpeur. Trois personnages intéressants qui ont un profil psychologique assez typé rendant l’intrigue vraiment intéressante.


Notons également, le rythme du roman, très efficace, trois intrigues s’articulant très bien jusqu’à s’emboîter logiquement et au fur et à mesure. On se ne perd aucunement, le lecteur est invité à rentrer dans ce drame humain en faisant lui-même le lien entre ces trois histoires.
Les ombres innocentes est un très bon thriller qui donne envie de chercher des renseignements sur ce scandale des « enfants de la Creuse ».