image

Synopsis

 

Je suis dans cette chapelle, avec ma femme et mes deux enfants, je regarde le prêtre faire son sermon, mais aucun son ne me parvient.
Je m'appelle Josey Kowalsky et en me regardant observer les cercueils de ma femme et de ma fille, mon père comprend.
Il comprend que là, au milieu de cette chapelle, son fils est mort. Il vient d'assister, impuissant, à la naissance d'un prédateur.

 

Mon avis

« Il comprend que là, au milieu de cette chapelle, son fils est mort. Il vient d’assister impuissant, à la naissance d’un prédateur », c’est par cette dernière phrase que se clôt le prologue de ce roman de Mehdy brunet. Le ton est donné, la chasse à l’homme peut commencer.

Josey Kowalsky est un homme meurtri, dévasté, sa femme qui était enceinte et sa fille ont été kidnappées un soir et seront retrouvées mortes après avoir subi l’horreur. 

Ce roman est bien construit, les titres des parties montrant bien l’évolution psychologique de Josey : il passera de l’homme normal au prédateur.

Avant tout chose, il me paraît important de parler du début du roman qui n’est pas facile à lire puisque des scènes de viols et de violence physique et psychologique y sont décrites. D’après moi, l’auteur a choisi d’être cru et violent pour que le lecteur puisse mieux comprendre le désir très fort de vengeance qui fera l’objet de tout le roman.

Par ailleurs, ce désir de vengeance n’est pas l’affaire d’un seul homme ( Josey) mais il rassemble trois générations , le père de Josey qui sera à ses côtés tout au long de leur traque et de son grand-père qui les prépare à l’utilisation des armes et à la planque. En effet, le grand-père, personnage qui peut intriguer, est un ancien espion russe…… J'ai bien aimé ce côté masculin et familial dans l'adversité, ça donne une touche humaine à ces hommes qui semblent désormais complètement commandés par leur instinct.

La traque des criminels se fera dans la région parisienne, des jours de patience, de planque sont au programme pour josey et son père, le but est de les tuer un à un, peu importe le temps et la manière. La police est complètement dépassé par l’entreprise de Josey , rien n’arrête un homme qui désire venger ceux qu’il aime. Le rythme est alors soutenu, on a l’impression que plus rien ne peut arrêter Josey, les nuits presque blanches s’enchaînent jusqu’à ce que le premier homme soit repéré et exécuté. Josey répond à la violence qu’a subie sa femme par la violence. Les criminels sont des hommes abjects d'une violence inouïe ,ils sont terrifiants. Cependant, une question taraude le lecteur « pourquoi cette bande d’hommes a enlevé ces deux femmes et pourquoi », « qui a commandité cet acte criminel ? » 

L’auteur, à ce sujet, joue avec nos nerfs, il nous entraîne sur une piste, du coup, il est difficile de refermer ce livre ;  l’intrigue enchaîne les actions,  pas de temps mort dans ce roman…..  Le thème de la vengeance est presque un thème philosophique. Des questions se posent au lecteur : La justice, la lenteur de la police, faire justice soi-même est-il légitime ?  C’est un sujet presque tabou qu’aborde là l’auteur.  Roman intéressant qui nous fait réfléchir, je dirai même que c’est un roman qui peut déranger.

La fin du roman semble appeler une suite, je serais curieuse de savoir si cela est prévu.