1010283753

 

 

Synospsis

 

"Statistiquement la probabilité qu'une analphabète née dans les années 1960 à Soweto grandisse et se retrouve un jour enfermée dans un camion de pommes de terre en compagnie du roi de Suède et de son Premier ministre est d'une sur quarante-cinq milliards six cent soixante-six millions deux cent douze mille huit cent dix.
Selon les calculs de ladite analphabète."

Tout semblait vouer Nombeko Mayeki, petite fille noire née dans le plus grand ghetto d'Afrique du Sud, à mener une existence de dur labeur et à mourir jeune dans l'indifférence générale. Tout sauf le destin. Et sa prodigieuse faculté à manier les nombres. Ainsi, Nombeko, l'analphabète qui sait compter, se retrouve propulsée loin de son pays et de la misère, dans les hautes sphères de la politique internationale.
Lors de son incroyable périple à travers le monde, notre héroïne rencontre des personnages hauts en couleur, parmi lesquels deux frères physiquement identiques et pourtant très différents, une jeune fille en colère et un potier paranoïaque. Elle se met à dos les services secrets les plus redoutés au monde et se retrouve enfermée dans un camion de pommes de terre. À ce moment-là, l'humanité entière est menacée de destruction.
Dans sa nouvelle comédie explosive, Jonas Jonasson s'attaque, avec l'humour déjanté qu'on lui connaît, aux préjugés et démolit pour de bon le mythe selon lequel les rois ne tordent pas le cou aux poules.

 

Mon avis

Après avoir lu Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, il me tardait de lire le deuxième roman de Jonas Jonasson. Le premier m’ayant extrêmement plu et divertie. Verdict, ce deuxième roman est dans la même lignée que le premier : des personnages fantaisistes à excentriques, une écriture entraînante, une histoire improbable qui fait sourire voire rire.

On suit Nombeko,  cette jeune analphabète d’Afrique du sud avec plaisir. Cette analphabète à l’intelligence exceptionnelle  se retrouve ( après avoir été videuse de latrines) au service d’un ingénieur complètement stupide, elle est bien plus que sa femme de ménage, elle est son cerveau. Obligée de fuir en suède, elle se retrouve avec sur le dos un paquet bien encombrant, renfermant une bombe atomique dont personne ne connaît l’existence  ( à part elle et un garçon la recueillant). Tout ceci – je vous l’accorde – est  très improbable et absurde, il faut vraiment rentrer dans le « délire » de l’auteur,  se fondre littéralement dans l’ambiance du roman pour en apprécier toutes les subtilités.

Ce roman est plus qu’un récit plaisant et  drôle, il dénonce avec verve, les élites des états (l’ingénieur mais pas que…), les failles des agents secrets, la folie des hommes et le fanatisme politique. Il montre aussi que l’intelligence n’est pas l’apanage des grands de ce monde.

On ne peut que s’attacher à Nombeko et au garçon qui deviendra son complice et l’amour de sa vie. On ne peut qu’adhérer à sa loyauté, son ingéniosité, sa persévérance et son intégrité.

Inférieure de part sa position de videuse de latrines et de femme de ménage , Nombeko s’élève dans la société grâce à son haut potentiel et sa moralité.

Jonas Jonasson, journaliste et écrivain suédois, est vraiment une belle découverte. Comme je le dis plus haut, il nous propulse dans des histoires abracadabrantesques – même le roi de Suède y apparaît dans une situation complètement « tordante »-, Il faut le lire avec légèreté et deuxième degré et le lire entre les lignes pour en comprendre le véritable sens.